satori (logo)

distance

26 Octobre 2010

distanceune distance. une distance comme point de départ. éloignement discret et présence des couleurs. vert et or, un point d’or sur un lac vert. puis le rouge comme une masse légère. repère. explosion de boucles lissées,  ciselées. doucement, naturellement l’éloignement est devenu présence. discrète mais perceptible. à la fois douce, maladroite peut-être, et mystérieuse. ce poids apparent qui renforce encore sa finesse, sa force. et toujours, encore ces couleurs. or et vert comme marque et signature. au delà de la curiosité, voire de la découverte, une évidence. une distance comme espace de proximité. partages photoniques. proximité et toujours ces couleurs. une distance et la recherche des couleurs. partage de l’espace et émotions. les photons comme source d’énergie, éléments de quantification de l’espace et de vibration. tourbillons et perte de repères. l’espace se modifie, se joue des sens sans vouloir revenir aux certitudes pesantes.
tourbillons et oubli. étonnement d’un espace rouge, vert et or nappé de noirs et gris. l’émotion pure, soubresauts. le flash dans sa violence efface les couleurs. la situation de nouveau stabilisée permet leur réapparition. chercheur d’or au fond du lac vert. hésitation, arrêt, la distance de nouveau. Différente pourtant, comme un lien, une ligne invisible qui transforme cet espace et ce temps jusqu’à courber l’éloignement.
arrêt, hésitation.
demi-tour inexpliqué, tentation et jeu, l’espoir fou de l’absolue continuité. soudain, l’obscurité. calme photonique, les couleurs ne sont plus mais la distance perdure, s’installe. il est trop tard, le temps s’est installé, flot continu, amplificateur de distances. loin de tout, la fuite estompe l’obscurité mais le mal est fait, l’impossible distance s’est installée, le contact est rompu. l’absence s’installe, restent les couleurs, images improbables et indélébiles. dernières tentatives, désespérées, de retrouver les bonnes couleurs, harmonie et alchimie d’un absolu égaré.
debout, je scrute au delà des horizons…

Lhorens b. sartori

ambiance : bent light (Tennessee 2004) - Praxis

Share/Bookmark