satori (logo)

en attendant

blessure métalliquele bruit m’envahit, la douleur. la pluie, l’orage s’abat partout, sur les vitres, partout. guitares saturées, rifts impressionnants, hommage au premier !
plus fort, plus vite.

lumière, éclats, je plonge. le son doit sortir, il doit respirer. la douleur augmente. un corps en vrac jeté contre le mur, encore et encore. reflets carmin. le son est toujours là. Vamos !
une ombre, le rythme est retombé. l’Ombre ou bien « el hombre invisible », oscillations où j’entends les deux William se répondre. avancer dans le tunnel circulaire dans lequel les éléments se meuvent à l’envers, arrivent de derrière pour ne jamais passer devant. regarder, retourner, détourner. le calme semble de retour si l’on exclus les bruits de bottes au pas cadencé.
tourner à gauche, prendre vers le réservoir, rejouer la poursuite mais avancer avec prudence sans trébucher.
Des bruits de vitre, de verre pillé…

Lhorens b. sartori

Share/Bookmark